Microsoft a annoncé récemment la « preview » 0.3 en juin, puis la 0.4 fin août, de son «terminal Windows, une interface, qui pourra être utilisée pour accéder au langage d’interprétation de commandes Windows que sont les cmd.exe, le Powershell,  l’interface  WSL, le sous-système Windows et le langage bash. Mais attention, le nouvel outil de Microsoft n’est bien qu’un terminal, autrement dit il ne fait qu’accéder aux interpréteurs de commandes, qui conservent toute leur importance.

Parmi les nouveautés annoncées, on notera l’existence d’un mécanisme d’onglets, qui bien entendu va étonner les usagers habitués au dépouillement du cmd.exe, le support du jeu de caractères UTF-8 et diverses dispositions qui nous amènent à nous poser une question de savoir pourquoi Microsoft a-t-il attendu si longtemps avant de proposer un tel système, alors même que le monde Linux, pourtant réputé pour être plus spartiate et près du système, avait depuis longtemps effectué la transition ? Il faut croire que c’est une conséquence du basculement de Microsoft dans le monde libre, un effet collatéral en quelque sorte.

Pour ce qui est de l’affichage, par exemple, la différence est saisissante.

Alors qu’on était habitué à une présentation sur fond noir, d’un esthétisme proche de celui des bunkers en vigueur en Allemagne de l’Est, on dispose cette fois d’un affichage très fluide (merci le GPU), avec des couleurs personnalisables, une véritable interface moderne. On reste dans le pragmatique et le sérieux.

De plus l’intégration du jeu UTF-8, permet enfin d’afficher toutes sortes de caractères, des symboles, de gliphes, des emoji, n’importe quelle police de caractères, des idéogrammes et éviter que nos commandes se mettent à ressembler à des hiéroglyphes de l’ancien empire, dès lors que l’on ose taper un simple caractère accentué.

Pour bien montrer que l’esthétisme et la simplicité d’usage font désormais partie intégrante du nouveau terminal, Microsoft a même annoncé la disponibilité prochaine d’une police originale, conçue pour le terminal. Elle est annoncée comme étant agréable et monospace, dont les caractères auront donc tous la même largeur (la »chasse »).

A vrai dire, on ne voit pas trop son intérêt, car il existe déjà un grand nombre de solutions, parmi lesquelles on va pouvoir choisir grâce à la compatibilité UTF-8. Mais pourquoi pas…

Pour ce qui est de la personnalisation de l’interface, la plupart des réglages étant portés par un fichier texte json, il nous appartiendra de l’éditer si nous voulons effectuer des changements : police, taille et couleur des caractères, transparence, image de fond, couleur du curseur, icône de session, combinaison de touches, etc.

A part quelques exceptions, il est peu probable que cette fonctionnalité soit très utilisée.

Posons-nous enfin une dernière question : quel est l’intérêt du mode commande ?

De notre point de vue il est double :

  • Il permet d’abord d’aller beaucoup plus loin dans le dialogue avec le système, les possibilités de commandes et d’introspection du mode commande étant très supérieures à celles du mode graphique, qui se contente généralement du minimum
  • Mais surtout il donne le sentiment aux utilisateurs qu’ils agissent réellement sur le système, puisqu’ils tapent le détail de ce qu’ils souhaitent faire. Illusion évidemment, mais qui explique bien pourquoi la majorité de ceux qui ont à voir avec Windows ou Linux, se feraient couper un doigt plutôt que de passer par l’interface graphique, que même leur beau-frère sait utiliser.

La preview 0.4 est déjà là

La preview 0.4 a été annoncée fin août 2019 et précède d’autres preview qui devraient se succéder rapidement.

Parmi les nouveautés apportées, on notera la possibilité de personnaliser les titres, via le « tabTitle », qui a été introduit avec la 0.3 et surtout la mise à jour de la commande Copy avec les options « Copy on select » et « HTML Copy », cette dernière permettant de copier en format HTML, le contenu sauvegardé dans le presse-papier, pour le coller ensuite dans un autre outil tel qu’Outlook ou Word.

Attention quand même, on ne pourra disposer de cette nouvelle interface qu’à la condition que notre Windows ait intégré au minimum la mise à jour 1903.

Si vous êtes intéressés, vous pouvez télécharger la version 0.4 depuis la « store » de Microsoft ou GitHub, en attendant la 1.0 qui devrait être prête l’hiver prochain.