N’en déplaise à Steve Ballmer, ex patron très controversé de Microsoft, qui ne croyait pas aux versions Cloud de bureautique, Office 365 est un succès.
Et Microsoft annonce pouvoir compter aujourd’hui sur 23 millions d’usagers référencés, avec un chiffre d’affaires qui a bondi de 54 % au 2 ème trimestre 2016, par rapport au même trimestre de 2015.
C’est donc bien un succès, qui n’est d’ailleurs pas sans poser de problèmes, au moins des interrogations, quant à son positionnement par rapport à d’autres produits de la gamme.

Arrivée de Bookings

Peu de temps après Gigjam, une plate-forme collaborative (ici) et Planner, un outil de gestion des travaux réalisés en équipe, c’est le tour de Bookings, une application Web intégrée à Office 365, d’être annoncée, dont l’objet est d’administrer les rendez-vous professionnels de l’entreprise, une application qui dans un premier temps ne sera accessible qu’aux seuls abonnés à la version Office 365 Business Premium, mais devrait être étendue à l’ensemble des usagers Office 365 par la suite.

Bookings ne remplace ni Outlook ni Outlook.com, ni même l’agenda de Google, avec lesquels il est compatible. On peut le considérer comme une extension Web, plutôt destinée aux petites entreprises, qui permet à un client Office 365 de déclarer les rendez-vous qu’il prend en compte avec des collaborateurs, mais aussi avec des partenaires extérieurs, ceux-ci n’ayant pas besoin d’être eux-mêmes clients d’Office 365. A charge pour eux de prévoir de les reverser automatiquement dans leurs propres agendas et messageries.

Il s’agit donc d’un moyen pour coordonner les rendez-vous et réunions pris dans des entités distinctes, ce que font déjà des outils de la concurrence, tels que Square Appointments, Schedulista ou OnSchedule, une couche supplémentaire ajoutée aux logiciels de messagerie et d’agendas, que l’on pourra ainsi coordonner.

Pour Microsoft, c’est une preuve de plus que l’avenir appartient bien aux solutions de Cloud, Bookings devant beaucoup aux acquisitions d’Acompli et Sunrise Atelier qu’il a réalisées récemment, Acompli étant une messagerie mobile qu’il a d’ailleurs fermée ensuite, après en avoir récupéré la technologie et Sunrise Atelier, une application de calendrier pour iOS et Android.

Grâce à Bookings, le titulaire d’un abonnement Office 365 pourra organiser sa planification « au-dessus » d’Outlook, ajouter des réunions, choisir les participants, qui appartiendront ou non à son environnement Office 365, définir des règles d’annulation, planifier les messages de rappel lorsque les réunions approchent. Tout cela d’une manière dynamique, chaque action décidée dans Bookings étant reportée dans les messageries individuelles des « correspondants », qui n’auront qu’à déclarer un nom et une adresse de messagerie valides, des informations qui viendront s’ajouter automatiquement à la liste des contacts de l’organisateur principal, dès lors qu’une réunion aura été planifiée.

Un bon moyen pour lui de rester en contact avec ses clients, qui ne pourront plus dire qu’ils n’étaient pas au courant qu’une réunion a été planifiée ou au contraire a été annulée.

Il aura ainsi une vue globale de toutes les réunions dont il a la responsabilité, via une page de consolidation, avec des possibilités de personnalisation, telle que l’affectation de couleurs, par exemple.

Une autre version de Bookings devrait être disponible à terme, destinée aux principaux OS mobiles du marché, mais aucune date n’a encore été définie pour l’instant.

Reste maintenant à vérifier sur le terrain comment Bookings va s’articuler avec Outlook, mais aussi avec sa version OWA, son pendant Web et à s’assurer qu’il ne subsiste pas de zone de recouvrement trop importante entre les deux outils. Autrement dit, quel est l’intérêt réel de cette nouvelle disposition.