Personne n’a oublié la très belle démonstration qu’a faite Microsoft de son produit de traduction automatique Translator entre un américain de la maison et une correspondante allemande, très fière de porter le maillot de la « mannschaft », l’équipe allemande championne du monde de soccer au Brésil.

Microsoft avait précisé à cette occasion (en début d’année) que l’outil serait disponible rapidement sur plusieurs plates-formes Windows, mobiles ou non.

C’est effectivement le cas et Microsoft a annoncé la disponibilité de Skype Translator en version finale pour les OS Windows 7, 8 et 10. Que l’on peut donc installer dès maintenant.

Pour l’instant, il n’y a que 6 langues d’accessibles, l’anglais, le français, l’allemand, l’italien, l’espagnol et le mandarin. Mais cela devrait nous occuper un bon bout de temps.

De notre point de vue, cette initiative de Microsoft, mais aussi celle de Google, qui suit à quelques encablures est l’un des plus gros évènements de ces dix dernières années. D’autant que le dispositif est parfaitement gratuit et s’intègre après une courte procédure d’installation en complément de Skype Entreprise.

Car même si l’anglais est fortement dominant sur la planète informatique et que la plupart des acteurs de notre domaine, le pratiquent correctement, nous sommes toujours à la merci d’un problème de compréhension, avec un interlocuteur un peu « exotique ».

Ainsi, si nous planifions une réunion avec Eduardo Cortès, qui ne parle qu’espagnol, il nous suffira de de l’appeler et d’activer d’une part la traduction et d’autre part la langue du correspondant, ici en l’occurrence l’espagnol ou n’importe laquelle des 5 autres langues disponibles aujourd’hui.  Inutile toutefois de traduire de l’anglais en anglais, car cela ne présenterait qu’un intérêt mineur.

Ce qui manque aujourd’hui, mais la disposition ne devrait pas tarder à arriver, c’est la possibilité d’organiser des web conférences en vidéo ou audio et de choisir une langue pivot, chacun s’exprimant alors dans une langue compatible, l’outil se chargeant de traduire les interventions vers la langue pivot.

Et à nous les réunions avec les chinois, les arabes, les américains, les brésiliens et quelques européens. Encore qu’à vrai dire, la situation ne s’est jamais présentée, mais on peut toujours rêver.

Evidemment, c’est avec une tablette, que Translator trouvera sa plus grande utilité, comme si on transportait notre propre traducteur personnel, toujours disponible et qui ne se met jamais en grève.

Auto-apprentissage

Skype Translator for Windows n’est pas une disposition figée. Il apprend « en marchant » et plus vous l’utiliserez dans votre vie quotidienne, plus il sera pertinent et rapide. Car au bout de quelques mois d’usage intensif, il connaîtra vos phrases et images favorites, vos « jokes » préférés, qu’il aura bien compris et pour lesquelles il ne commettra plus de fautes de contextes.

On peut même imaginer qu’il corrige automatiquement les faute d’expression, dont nous n’arrivons pas à nous débarrasser. Cela dit, comme cela a été parfois relaté, cet apprentissage n’est pas dû au « Learning Machine », mais à un moteur d’Intelligence Artificielle, qui accompagne Translator en arrière-plan. Le « Learning Machine », c’est bien autre chose.

Avant de vous précipiter sur ce qui sera probablement un « must » dans les mois à venir, notez quand même que le dispositif n’est pas disponible pour toutes les versions de Skype. Les françaises en particulier. Inutile donc de faire une crise de nerf, si après que la procédure d’installation se soit bien déroulée, vous ne voyez pas apparaître la petite icône de « Translator » en dessous des 3 boutons en haut à droite de Skype.