Plus que cela même selon le toujours « agréable » Linus Torvalds, créateur du premier noyau Linux, qui présente cette version comme la plus importante depuis les débuts de l’aventure.
Si l’on compte le nombre de lignes de code qui ont été modifiées, soit 22 millions, on peut effectivement se dire que l’évènement n’est pas négligeable. Il est, en tout cas, très technique et concerne avant tout les développeurs et architectes proches des machines.

Parmi les très nombreuses nouveautés introduites dans le noyau 4.9, on notera le support de la minuscule machine Raspberry Pi Zero, celui du LG Nexus 5, ainsi que celui de 27 autres cartes mères basées sur les processeurs ARM, ainsi que le support expérimental des vieilles cartes graphiques AMD, construites conformément à l’architecture Graphics Core Next 1.0, celles de la série Radeon HD 7000, par exemple.

Diverses améliorations ont été apportées à la gestion des cartes GPU AMD Radeon plus récentes, telles que l’affichage virtuel et un meilleur support de la réinitialisation. Ces deux nouveautés ayant été introduites dans le driver AMDGPU.

Les usagers des CPU Intel n’ont pas été oubliés, en particulier le nouveau processeur Skylake.

Nombreuses extensions

D’autres améliorations ont été introduites, pour les systèmes de fichiers : Btrfs, XFS et F2FS, le support UBIFS pour OverlayFS, FUSE pour Posix, le support de SELinux d’Overlay FS, un support amélioré de la mémoire non volatile NVDIMMe, ainsi que pour les hyperviseurs KVM et Xen.

D’après Linus Torvalds, de nouvelles allocations de mappage virtuel de la pile du noyau permettront de détecter et de remettre plus facilement le système en l’état, s’il se produit des débordements de pile. Ce qui obligera les programmeurs à modifier leurs habitudes pour les accès mémoire et usage de la mémoire tampon.

Linux 4.9 est disponible en téléchargement depuis plusieurs mois.