Il fallait bien que cela arrive un jour. Dans la mesure où les véhicules autonomes sont de plus en plus nombreux à circuler sur les routes et autoroutes américaines, on se doutait bien qu’un jour ou l’autre, un accident grave se produirait.

C’est ce qui s’est passé le 7 mai à Williston (Fla) sur la Highway U.S 27, Joshua Brown, 40 ans, ayant perdu la vie dans un véhicule autonome Tesla Model S, celui-ci n’ayant pu éviter la collision avec un camion semi-remorque, sa voiture étant en situation de conduite autonome.

Joshua Brown est de ce fait la première victime recensée « au volant » d’un véhicule intelligent et autonome.

Les conditions précises dans lesquelles s’est produite la collision, ne sont pas encore tout à fait claires et la NHTSA (US National Highway and Transportation Safety) continue ses investigations pour en connaître les causes exactes.

D’autant que Tesla ne fabrique pas de voitures intelligentes et se contente pour l’instant d’équiper ses véhicules d’un système d’auto-pilotage, comme dans un avion, ce qui n’est pas la même chose qu’une voiture totalement autonome. Un système qui ne remplace pas le conducteur, celui-ci étant toujours responsable de la conduite de son véhicule et pouvant prendre le pas sur le mécanisme d’auto-pilotage.

Pas de panique

Cette malheureuse affaire, qui a donc coûté la vie à Joshua Brown, doit cependant être replacée dans son contexte. Car, comme le rappelle le rapport 2015 de l’ US National Safety Council, les voitures en mode auto-pilote ont parcouru 241 millions de km en 2015, ce qui donne un taux de mortalité proche de zéro, pendant que Bryan Walker-Smith, professeur à l’Université de Caroline du Sud, précise que dans la même journée ou s’est produit l’accident de Joshua Brown, 100 autres américains ont perdu la vie, dans des conditions de conduite « normales »…

Il ne faut donc pas paniquer et condamner sur ce seul fait, un type de véhicule qui a toutes les chances de s’imposer, justement pour des raisons de sécurité.

Tesla, qui a largement communiqué sur cet accident, a fait remarquer que le choc entre la Tesla Model S et le semi-remorque ne s’est pas produit à l’avant ou à l’arrière du camion, mais dans sa partie basse, sur le côté, le camion tournant à gauche devant la voiture, dans des conditions apparemment difficiles à prévoir. Si cela n’avait pas été le cas, l’auto-pilote aurait anticipé et freiné. Quant au conducteur, on ne sait pas pour l’instant s’il a tenté ou non de reprendre les commandes et si celles-ci lui ont fait défaut. La suite de l’enquête nous le dira.

Tout ceci est évidemment infiniment regrettable, mais c’est le prix à payer en quelque sorte pour faire avancer une technologie qui en final fera économiser beaucoup de vies humaines. Et il sera bien temps alors de faire un bilan.

On remarquera d’ailleurs que l’accident de Joshua Brown n’a pas fait polémique aux Etats-Unis, chacune des parties essayant seulement de comprendre ce qui s’est passé. La seule attitude intelligente à avoir.