Au début août, Microsoft a largement communiqué sur la mise à jour anniversaire de son Windows 10, celle-ci étant censée améliorer grandement le confort et les performances de l’OS, mais qui mettait fin aussi à la fameuse période de gratuité, dont plus de 300 millions d’usagers ont profité.

Il faut croire cependant que le système n’est pas encore stabilisé, car les intégrateurs recommandent de ne pas se précipiter et de surseoir, si possible, à l’opération. Nonobstant le fait que divers problèmes sont apparus, des dysfonctionnements plus ou moins gênants, dont les observateurs et presse en tête, se sont emparés.

Le plus gênant nous semble être la mise hors service de Powershell, qui ne marche plus, ce qui nous empêche d’insérer les scripts auxquels nous tenons. Pour l’instant Microsoft n’a pas de solution à proposer et recommande d’attendre la prochaine mise à jour, prévue le 30 août. On ne peut guère faire autrement.

Autre problème délicat, celui des SSD.  Si vous installez Windows 10 sur un SSD et les applications et données sur un disque normal, ça ne fonctionne pas non plus. Microsoft propose alors de passer par le mode sans échec, qui n’est pas touché, de tout reporter sur un disque classique et de relancer le tout en attendant des jours meilleurs. Quant aux usagers qui voudraient rester sur ce partage SSD/HDD, il leur est conseillé de ne pas installer la mise à jour anniversaire.

Pour les utilisateurs de Webcams USB, les temps sont également difficiles. Car de nombreux modèles ne fonctionnent plus, ce qui est très gênant pour ceux qui communiquent avec Skype ou d’autres logiciels de webconférence. Il semblerait que le blocage vienne du fait que Microsoft ne reconnaît plus les formats vidéos MJPEG (à ne pas confondre avec MPEG) et H.264. Etonnant quand même et nous ne sommes pas convaincus.

Il est urgent d’attendre

Il peut y avoir des problèmes avec le partitionnement des disques et le fait que Windows 10 ne reconnaisse éventuellement pas les partitions NTFS, qu’il peut considérer comme des données brutes. Vous aurez alors le sentiment d’avoir perdu toutes vos données. Mais avant de hurler à l’infamie et d’alerter vos avocats, dites-vous que ce n’est pas vrai, que vos données sont toujours là et qu’il vous suffira d’un petit utilitaire gratuit pour les récupérer : EaseUS Partition Master, AOMEI Partition Assistant, etc.

Certains usagers ont également eu des soucis avec la mise à jour elle-même et ont affiché une erreur. Dans ce cas, Microsoft recommande d’utiliser l’outil « Windows Update Fix It » pour en sortir et si cela ne fonctionne pas, de passer par l’outil de création de support (Media Creation Tool) de manière à créer un drive USB et de conserver dessus l’ensemble des informations qui caractérisent votre installation. Une sorte de sauvegarde des « settings ».

Une autre cause d’arrêt de l’installation peut être due à l’incompatibilité de certains logiciels avec la mise à jour. Si c’est le cas, il faudra supprimer les logiciels incriminés, en général des antimalware comme Avast, AVG ou Avira et recommencer l’opération. Les mauvaises langues ne manquent pas de faire remarquer que c’est aussi un bon moyen pour se débarrasser de quelques logiciels concurrents…

D’autres anomalies ont été détectées, avec des liseuses Kindle qui deviennent récalcitrantes, mais il est vrai que le bureau n’est pas fait pour lire…voire avec le logiciel gratuit Aero Glass, qui permet de restaurer un « look and feel » Aero, qu’il faut impérativement désinstaller avant d’attaquer la mise à jour.

Un certain nombre d’utilisateurs ont aussi fait remarquer que le menu Start refusait parfois de s’ouvrir. Microsoft recommande alors de passer par l’utilitaire « Windows Start Menu Fixit » et si cela ne suffit pas, de créer un nouveau profil utilisateur pour remplacer celui qui semble corrompu.

La continuité dans le changement

Décidément chez Microsoft, rien ne change. Depuis les premières versions de Windows du siècle dernier, il est admis qu’il faut toujours attendre 1 an, avant de procéder à une mise à jour majeure. Et il semble bien que ce soit encore le cas cette fois. Car, il est impensable de se lancer dans une telle migration, s’il faut commencer par déposer un cierge à notre saint préféré, pour lui demander d’intercéder auprès des Dieux. L’opération doit se faire sans heurt et l’incident doit être rarissime, l’exception.

On en est très loin, ce qui expliquerait que même si les chiffres de 350 millions de Windows 10 d’installés sont justes, ils concernent surtout les usagers grand public et pas assez de professionnels. On comprend mieux pourquoi !!! Microsoft n’a pas fourni de guide de survie et il ne faut pas tenter le diable.