En dehors des versions Linux « desktop » et du Mac, Chrome OS est la seule alternative crédible au PC sous Windows. Moins coûteux et de mieux en mieux achalandé, Google veut en faire une solution adaptée au monde de l’entreprise.

Convaincre les DSI

Tant que Google se limitait au marché familial et se positionnait par l’attractivité de ses prix, le Chromebook et son OS spécifique, pouvaient intéresser un public, peu concerné par l’obligation de coexister avec d’Office et les autres grands logiciels Microsoft.

Mais à partir du moment où Google s’attaque aux entreprises, les contraintes ne sont plus les mêmes.

C’est pourtant ce que tente de faire Google grâce à une version spécialement conçue pour les professionnels des entreprises, Chrome Entreprise, histoire de bien faire la distinction avec les autres moutures.

Ce « nouveau » Chrome OS est compatible Active Directory, ce qui veut dire qu’il peut s’intégrer comme n’importe quel autre système, dans l’architecture d’annuaire de Microsoft et peut bénéficier d’une assistance 24/7.

Le Chromebook restant avant tout un mobile, il est administrable par AirWatch de VMWare, un excellent MDM (Mobile Device Management) et surtout, comme l’a annoncé Google, il peut exploiter les applications Android de Google Play, dont nous persistons à penser qu’elles constituent l’avenir de Chromebook.

Le plus dur reste cependant à faire.

Peu d’espoir

Et là, deux contextes peuvent se présenter, selon que le client est une PME ou une grande entreprise.

Si c’est une PME de quelques dizaines d’employé et donc de postes de travail, Chrome Entreprise a toutes ses chances, comme Apple, à condition de ne pas devoir coexister avec un existant. Si c’est le cas, pas de problèmes, Chromebook, grâce à la très importante panoplie de logiciels du Cloud Google, pourra parfaitement fonctionner en autarcie.

S’il s’agit d’une grande entreprise, disons à partir de 500 postes, l’équation sera beaucoup plus difficile à résoudre, car il y aura fatalement des solutions déjà en place, de bureautique Office, le plus souvent, mais pas uniquement.

Et l’expérience l’a déjà montré avec Apple, les DSI ne veulent pas d’architectures hybrides, génératrices d’incompatibilités de tous ordres.

Il y aura toujours un fichier qui ne sera pas reconnu, un logiciel qui devrait marcher…mais qui ne marche pas, un driver indisponible pour notre imprimante préférée.

Et malgré son prix et son écosystème, Chrome OS même version Entreprise, aura les pires difficultés pour s’intégrer.

Ceci ajouté au fait que beaucoup de DSI ne reconnaissent pas à Google une stature d’architecte d’entreprise. Pour eux, Google c’est encore et toujours un moteur de recherche. Rien de plus. Ils ont évidemment tort, mais c’est comme ça…