GitHub est surtout perçu comme un « repository » de projets Open Source, les développeurs déposant sur cette plate-forme les éléments de leurs projets, sources, exécutables, batteries de tests, état d’avancement, dernière mise à jour, documentations diverses, etc. Au point que les entreprises considèrent que c’est la manière standard la plus efficace pour apparaître sur le marché (38 millions de « repositories » déclarés en septembre 2016).

Mais ce que l’on sait moins, c’est que GitHub est aussi un repository de projets propriétaires, qui n’ont pas pour vocation de franchir les limites de leurs entreprises.

C’est sur ce point que Chris Wansrath, CEO de GitHub a particulièrement insisté lors d’une récente conférence à San Francisco, en dévoilant toute une série d’outils exploitables désormais dans les deux mondes, Open Source et propriétaire :

un « Code Review », qui permet aux utilisateurs de poster des commentaires sur le code publié, histoire de faciliter sa compréhension et sa diffusion (il fait partie du Workflow GitHub)
Projects, un outil volontairement limité de gestion de projets et une refonte des « profiles », dont l’objet est de suivre plus simplement la contribution des utilisateurs aux projets, tout au long de leur réalisation
des améliorations sur la sécurité, qui concernent tout le monde. Par exemple une authentification à 2 facteurs, obligatoire pour les contributeurs travaillant pour une compagnie donnée, par exemple.

Vu du côté GitHub, ces dispositions répondent aux vœux des usagers « propriétaires » qui ne comprenaient pas pourquoi GitHub maintenait une sorte de discrimination entre ces deux mondes. Mais c’est aussi un moyen pour lui de faire passer les développeurs, d’un environnement à un autre, sans que cela ne provoque de panique à bord du « vaisseau » projets et surtout sans qu’ils soient tentés de voir si l’herbe n’est pas plus verte ailleurs…

GitHub face aux grandes plates-formes

En fait, GitHub est en train de diversifier son activité autour de son « métier » d’origine de « repository » de projets Open Source.

Reste à savoir si cette volonté d’harmoniser tous ses outils sera perçue comme un avantage par les entreprises. Car celles-ci disposent déjà d’IDE très complets, mais aussi de moyens de communication et de partage, qu’elles ne vont pas abandonner du jour au lendemain.

A vrai dire, l’initiative de GitHub est sympathique, mais elle ne devrait pas changer grand-chose au paysage, dans la mesure où la plate-forme restera dans les esprits, indissociable de l’Open Source. Pas du propriétaire.