C’est un détail qui peut avoir de l’importance pour ceux qui ne peuvent pas envisager la vie sans Powerpoint.

Le vénérable outil de présentation de Microsoft, pivot de la « pensée unique » dans le monde des présentations, subit un léger lifting avec l’arrivée de nouvelles extensions, Morph et Designer.

Designer est le plus intéressant, qui permet à des non professionnels de l’outil, d’atteindre des « layouts » de grande qualité. Il leur suffit de proposer des contenus, les images entre autres, pour que Designer leur propose des assemblages sur-mesure, réalisés « à priori » par des professionnels. Au total il y a près de 12.000 « blueprints » différents, parmi lesquels il faudra choisir…

La seconde option, Morph, est une sorte d’outil de transformation, qui fusionne des pages avec un effet de « morphing » sympathique, mais qui risque d’être « déjà vu ».

Le morphing est en effet une technique connue depuis des lustres, mais que personne n’utilise ou presque.  Et il doit bien y avoir une raison à cela.

Commercialement, les deux nouvelles options, qui sont déjà mises en œuvre dans 2 produits Microsoft, Delve et Sway (outil de présentation Web), ne sont disponibles que pour les utilisateurs d’Office 2016 et à condition qu’ils aient une licence Office 365.

Restrictions qui ne devraient pas s’éterniser, d’autant que la concurrence devient de plus en plus rude, avec des produits moins coûteux, moins complets aussi, le plus souvent disponibles sur Internet, tels que Prezi, Haiku Deck, voire Slides de Google et Keynote d’Apple.

Des concurrents qui font souffler un vent de révolution dans le monde sclérosé de Powerpoint.

En tout cas, c’est ce cherche aussi à faire Microsoft avec Designer et son aéropage de spécialistes.