En matière de navigateur, en dehors de Chrome, Firefox, Edge et Safari, on a du mal à imaginer qu’il puisse existre d’autres solutions. Et pourtant il en existe de très nombreuses, hyperconfidentielles, dont Opera un browser norvégien, issu du monde Open Source.

Cet éditeur considéré quand même comme faisant partie du second lot, juste derrière les majors, vient d’annoncer une nouvelle version, dite Neon, qui est surtout intéressante du point de vue graphique et interface, avec des idées originales et quelques petits trucs qui vont ravir, c’est certain, ceux qui s’intéressent à la présentation plus qu’aux fonctionnalités.

Une rupture graphique

Dès la page d’accueil, on voit tout de suite qu’Opera n’a pas hésité à sortir des sentiers battus. Plutôt que d’utiliser des onglets, elle est fondée sur des bulles qui remplissent l’écran et que l’on déplace à la souris, en particulier les derniers sites visités qui par défaut occupent le bord droit de l’écran. Petite nouveauté, l’écran Opera Neon laisse apercevoir en transparence le bureau de votre machine… C’est effectivement très agréable à regarder, bien que nous ne sommes pas convaincus que cet agencement soit concrètement très pratique.

Nous serons beaucoup plus intéressés par contre par sa capacité à diviser l’écran en 2 parties, pour afficher simultanément des sites distincts ou 2 fois le même site, mais dans des pages différentes.

Voilà une fonction qui pourrait être utilisée dans un contexte de développement professionnel, ce que n’exclut pas Opera qui vise les 2 marchés, grand public et professionnel.

Cette opération est très simple à effectuer. Si l’on veut afficher 2 sites dont les icônes sont présentes sur la partie droite de l’écran, il suffit de cliquer sur l’une des 2, puis avec la souris de « draguer » la 2 ème sur le haut de l’écran où 2 options sont indiquées : partie gauche ou droite de l’écran, de placer la souris sur le choix souhaité et de lâcher la souris.

Parmi les autres nouveautés, on pourra citer le choix par défaut du moteur de recherche, qui au départ sera Google, ainsi qu’un nouveau gestionnaire de vidéos, toutes les vidéos ouvertes à un moment donné étant accessibles sur la gauche de l’écran, en cliquant sur une nouvelle icône de lecture.

Dans le même esprit, l’icône photo nous donne accès directement à la copie d’écran, le fichier créé venant s’enregistrer directement dans un répertoire dédié. On peut ainsi copier une partie de l’écran, en la précisant par la souris, ce qui nous évite de faire un <impscr syst> et de découper ensuite avec Photoshop ou équivalent.

Evidemment, Neon n’est pas la révolution du siècle. Mais voilà un produit bien sympathique que l’on va suivre avec beaucoup d’attention.